Histoires de ponts

Publié le par admin

En dehors du beau titre inspiré d’une phrase de Kipling, il ne reste de la lecture de Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants guère plus que du pont de Michel-Ange, dont les fondations, nous apprend l’épilogue, furent détruites par un tremblement de terre en 1509. Les courts chapitres aux intrigues conventionnelles manquent d’envergure, et le plus décevant dans ce livre est sans doute qu’il fait du « divin Michelangelo » un personnage porteur d’une vision finalement assez convenue de l’artiste.
A l’inverse, les personnages de Naissance d’un pont – des ingénieurs, des ouvriers, des grutiers – sont de véritables héros « à l’américaine », forces de propulsion de l’action romanesque. Abîmés et brutaux, ils vont de l’avant, aimantés du bout du monde par la perspective du chantier. Entre eux, les appétits et les conflits sont à la mesure de l’ouvrage démesuré à faire naître. Le personnage de Georges Diderot, responsable de la construction du pont, exprime dans ce passage l’ambition – et la réussite – de la romancière elle-même : « ce qui l’excitait, lui, c’était l’épopée technique, la réalisation des compétences individuelles au sein d’une mise en branle collective, ce qui le passionnait c’était la somme de décisions contenue dans une construction, la succession d’événements courts rapportée à la permanence de l’ouvrage, à son inscription dans le temps ».

Une sélection parmi les prix Goncourt des lycéens :

  • Catherine Cusset, Un brillant avenir (2008) : de l’enfance à la vieillesse, de la Roumanie aux Etats-Unis via Israël, la passionnante trajectoire d’une femme.
  • Philippe Claudel, Le Rapport de Brodeck (2007) : un homme confronté à la tâche impossible d’écrire le récit de l’acte terrible commis par les habitants de son village contre un étranger pacifique à l’allure inhabituelle, « l’Anderer », l’autre.
  • Andreï Makine, Le Testament français (1995) : dans un village russe, au travers des récits et souvenirs de Charlotte, la grand-mère née Française, l’évolution de la personnalité de son petit-fils, fasciné par cette vie qui a traversé le XXe siècle, marqué par cette double culture, à jamais transformé par la langue française et la découverte des pouvoirs du style.

Une réponse à Histoires de ponts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *