Les professeurs au front – Épisode 1 : Laurence, à Nantes, continuer, s’organiser, imaginer

Publié le par La rédaction NRP

Dès le premier jour de la fermeture des établissements scolaires, de la maternelle à l’université, les enseignants se sont mis en ordre de bataille. Depuis leur salon ou leur bureau, ils ont fait de ces écrans qu’ils critiquent souvent des alliés pour poursuivre le travail commencé, et surtout ne pas rompre le lien. Trois professeurs de lettres racontent.

Épisode 1 : Laurence, à Nantes : continuer, s’organiser, imaginer

« J’ai mis en place des séances de classe virtuelle une fois par semaine par classe : ça leur plaît, cela permet de s’entendre, et pour les élèves de dire ce que l’on n’écrirait pas forcément par mail ou sur e-lyco [NDLR : l’ENT des Pays de Loire].
La vraie difficulté est de trouver la juste dose de travail, des modalités qui ne mobilisent pas trop l’ordinateur que plusieurs membres de la famille doivent parfois se partager, et qui stimulent les élèves qui ne sont pas portés par le groupe classe et la présence du professeur.
Du point de vue de l’enseignant, comment éviter de passer tout son temps à travailler ? Les premiers jours, j’ai voulu contrôler que chacun avait pris connaissance des messages envoyés ; j’ai donné du travail, j’ai voulu tout corriger et tout renvoyer et je me suis vite trouvée débordée : 10 heures par jour, c’est trop. Au bout d’une semaine, je gère autrement car ils savent que toute l’équipe veille. Je prélève un travail par semaine et par élève environ, je fais réaliser des QCM en ligne sur ce que j’ai donné à réviser, je les renvoie à des pages des manuels numériques que les éditeurs ont eu la bonne idée de mettre en accès libre. J’essaie de trouver aussi le moyen de les responsabiliser car ce peut être à mes yeux l’une des facettes positives, pour certains du moins, de ce travail à distance.
J’ai trouvé un exercice en forme de rallye pour mes Spé Humanités dont la plupart sont peu scolaires : leur faire rédiger un texte mettant en scène la rencontre d’un ou plusieurs personnages arrivés dans un pays imaginaire avec des habitants du lieu. Cela fait suite à l’étude du corpus sur la Lune et à la façon dont les êtres vivants y sont représentés. Ils doivent joindre à leur texte une notice expliquant les caractéristiques des « habitants » qu’ils ont voulu mettre en avant et préciser leur intention (simple dépaysement, éloge, critique). Ils peuvent travailler en groupe – ils communiquent bien entre eux – et chaque groupe m’envoie son travail à la fin de la journée. Je conserve la notice, et j’envoie le texte aux membres d’un autre groupe qui devra faire, à partir de l’analyse de la page, la notice. Celle-ci doit se rapprocher au maximum de l’original. Cela permet de vérifier s’ils ont bien lu les textes et su tirer parti de leur lecture. Ça ne me fait pas mal de lecture mais moins de correction. »

Articles sur le même thème

Nuages de tags

Une réponse à Les professeurs au front – Épisode 1 : Laurence, à Nantes, continuer, s’organiser, imaginer

  1. Ping : Dossier "Les professeurs au front" | NRP Lycée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *