Michel-Ange au siècle de Carpeaux

Publié le par admin
Carpeaux, Tête de satyre - Valenciennes, MBA

Carpeaux, Tête de satyre – Valenciennes, MBA

Autour du sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux et des ses homologues,  le musée des Beaux-arts de Valenciennes, propose une rétrospective de ces héritiers de Michel-Ange trop souvent ignorés.

Déjà très influent à son époque où il est considéré comme l’un des pères du maniérisme, Michel-Ange continue à fasciner les générations d’artistes suivantes. Après avoir été censuré à l’époque classique où son style était jugé trop licencieux, Michel-Ange retrouve ses lettres de noblesse au XIXe siècle et devient alors un modèle absolu.

On compte parmi ses héritiers le sculpteur valenciennois Jean-Baptiste Carpeaux, certainement celui qui s’est le plus identifié à Michel-Ange. Ce qui les rapproche ? La volonté de la perfection du corps humain, la passion de l’anatomie. Au XIXe à l’heure où les corps  sont disséqués et la souffrance humaine exacerbée, L’écorché œuvre tourmentée de Michel-Ange est une source d’inspiration infinie pour Carpeaux comme pour ses contemporains. L’exposition suit le parcours de Carpeaux sur les traces de son maître, à Rome d’abord où il découvre ses peintures dont le Jugement dernier, qui marquera profondément sa carrière. Le musée présente l’ensemble des dessins de Carpeaux consacrés à cette peinture de Michel-Ange, des détails graphiques à la copie intégrale de l’œuvre. Ce n’est que plus tard, à Paris, que Carpeaux va prendre conscience du génie de sculpteur de Michel-Ange. On découvrira aussi la volonté de Carpeaux à établir un mimétisme presque parfait avec l’œuvre de Michel-Ange, aussi bien dans le style que dans les sources d’inspirations. À titre d’exemple pour Ugolin, Carpeaux s’est inspiré, tout comme Michel-Ange pour le Jugement dernier, de L’Enfer de Dante. Mais ses dernières œuvres sont finalement plus personnelles et la présence de Michel-Ange se fait plus discrète.

Carpeaux, Le groupe d'Ugolin - musée d'Orsay

Carpeaux, Le groupe d’Ugolin – musée d’Orsay

Si Carpeau a voué un véritable culte à Michel-Ange tout au long de sa carrière, il n’est pas le seul à s’en être inspiré, Rodin, Moreau, Clésinger ont eux aussi été influencé par l’esthétique du sculpteur, quelques-unes de leurs œuvres sont également à découvrir.

En prolongement, le musée organise des conférences en relation avec les thèmes de l’exposition, Michel-Ange, Jean-Baptiste Carpeaux, l’imitation et la mimesis de la renaissance au XIXe siècle, etc.  Des ateliers sont également  proposés pour les scolaires, et pour le public adulte pendant les vacances.

Michel-Ange au siècle de Carpeaux, du 16 mars au 1er juillet 2012 au musée des Beaux-arts, Boulevard Watteau, 59300 Valenciennes. Du mercredi au dimanche de 10h à 18h. Lundi réservé aux groupes sur réservation. Tarifs 5 Euros – tarifs réduits 2,50 Euros. Des visites guidées sont organisées le dimanche à 15h30.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *