Radio : ouvrez grand vos oreilles !

Publié le par admin
Détail d’une bande analogique 6,25 - © INA / Nicole Flacinet - 28/09/2007

Détail d’une bande analogique 6,25 – © INA / Nicole Flacinet – 28/09/2007

Nous avons découvert grâce à France Culture Papiers que la radio pouvait se lire… Aujourd’hui le CNAM propose un retour sur l’histoire de la radiodiffusion en France avec une exposition qui s’écoute ! Près d’un siècle de radio à découvrir jusqu’au 2 septembre au musée des Arts et métiers à Paris.

L’exposition s’articule en six parties, chronologiques et thématiques, où l’on pourra découvrir dans une scénographie très cloisonnée, des archives techniques et sonores et suivre l’évolution de la radio. Grâce au concours du musée de Radio-France Paris, le CNAM a pu regrouper une collection d’objets, depuis les années 1920, avec les grosses radios à lampes et les micros à charbon, jusqu’à aujourd’hui, avec les MP3 et les téléphones portables. En avançant dans le temps, on s’émerveillera devant les prouesses techniques qui ont permis à la radio de se miniaturiser, devenir transportable, tout en offrant toujours plus de stations à écouter. La radio objet change et son contenu aussi, une métamorphose que l’on doit notamment aux évolutions politiques, aux changements au sein de la société et à l’avènement de la télévision puis à celui d’Internet. L’exposition nous permet au travers de huit auditoriums thématiques – des « boites » qui reprennent la forme des radios de chaque époque – de prendre conscience de ces évolutions, en fonction des « genres » dominants du moment. Ces « boites » sont très épurées, à peine quelques photographies et quelques citations, c’est ainsi que l’a voulu le commissaire de l’exposition, le sociologue Hervé Glevarec, pour que le visiteur-auditeur puisse « lâcher prise » et n’écouter plus que le son.

Philips - Récepteur de radiodiffusion à quatre lampes à amplification directe dit « Boîte à jambon » - 1931 © Musée de Radio France, inv. 88

Philips – Récepteur de radiodiffusion à quatre lampes à amplification directe dit « Boîte à jambon » – 1931 © Musée de Radio France, inv. 88

Au fil de ces rencontres sonores, nous découvrirons, le théâtre et les feuilletons radiophoniques des premières années, les combats de mots durant la guerre, le rôle de la radio dans la culture et la création, etc. À écouter dans cette quatrième boite une interview de Roland Barthes à propos de la photographie…

Puis viennent les années 1960 et ses bouleversements, le rôle de l’animateur évolue et la radio se fait interactive. On assiste en parallèle à la naissance de nouveaux programmes plus centrés sur les besoins de l’auditeur. Les « boites » suivantes feront découvrir une radio du jeu, du conseil, de l’échange, de l’information. Puis avec la création des radios libres, la radio devient le premier diffuseur de musique contemporaine : rap, rock, techno, etc. On termine la visite par une réflexion sur l’avenir de la radio à l’ère du numérique. Si elle est toujours un média dominant – huit français sur dix l’écoutent tous les jours – son mode de diffusion s’est profondément modifié avec l’apparition des podcasts et autres webradios, quant à son contenu il est de plus en plus éclectique.

Enfin, pour se familiariser un peu plus avec cet univers, l’exposition propose des activités interactives et ludiques. Un quiz en début de parcours vous propose de reconnaître des voix d’animateurs célèbres, et à la fin de l’exposition vous pourrez vous essayer à l’exercice de la radio, lancement de chansons, présentation de la météo, etc. De la documentation est mise à disposition, sur les lieux mais aussi sur le site du musée des Arts et métiers. Pour les scolaires des « fiches parcours » sont disponibles et permettent une visite en autonomie des élèves et de leur enseignant.

Exposition « Radio ouvrez grands vos oreilles » du 28 février au 2 septembre 2012, au musée des Arts et métiers, 60, rue Réaumur, 75013 Paris. Du mardi au dimanche de 10h à 18h, nocturne. Tarifs visiteurs 5,50 euros – Tarifs réduit et groupes scolaires (sans visite guidée) 3,50 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *