Rencontre avec Enrique Atonal, journaliste radio

Publié le par admin

ENRIQUE ATONALNous avons commencé par lire la radio avec France Culture, puis nous avons effectué un petit retour en arrière grâce au Cnam et à son exposition « Radio, ouvrez grand les oreilles ». Pour clore notre aventure FM, nous vous proposons une rencontre avec Enrique Atonal, journaliste radio à RFI español.

NRP : Enrique Atonal, racontez-nous votre parcours.
Enrique Atonal : Originaire du Mexique, j’ai fait des études de lettres et théâtre à Mexico. Quand je suis arrivé en France à l’âge de 33 ans, j’avais déjà une solide expérience professionnelle, en particulier à la radio. Aujourd’hui, je suis journaliste dans le domaine de la culture à RFI espagnol. Mon métier consiste à faire valoir la culture depuis plusieurs points de vues : critiques, reportages, chroniques, papiers et interviews.

NRP : Il y a-t-il eu des rencontres déterminantes dans votre vie professionnelle ?
E.A. : Oui, avec Ramón Chao (journaliste et écrivain galicien, ancien rédacteur en chef de Radio France International ndlr) qui partage avec moi l’amour des lettres et du journalisme.

NRP : Comment caractériseriez-vous l’écriture radiophonique par rapport à l’écriture journalistique classique, quelles en sont les particularités, les différences ?
E.A. : Certes il y a beaucoup de points de contact entre les deux, et nous serions tentés de penser que nous sommes capables de passer de l’un à l’autre sans trop de difficultés. Pourtant la réalité est autre, car l’approche est complètement différente, en particulier en ce qui concerne le langage. À la radio prime le langage parlé, la parole sonore est reine. Rédiger pour la radio amène à plus de souplesse, plus de rythme quand pour la presse écrite c’est la précision et le détail qui dominent. La radio autorise aussi la répétition puisqu’il n’y a pas de retour en arrière possible. Cela dit une solide connaissance de la langue reste nécessaire. Enfin à la radio la maîtrise de la voix est essentielle car elle est le véhicule de la communication, il faut savoir parler, communiquer, soigner son expression et même interpréter.

NRP : Que pensez-vous de la place et du rôle des médias dans la société actuelle ?
E.A. : Vaste question,  mais, je pense que les médias ont un rôle à jouer. Sans tomber dans le piège du «tout éducatif », je crois que la société devrait réfléchir davantage au pouvoir des médias sur l’éducation. Aujourd’hui on a l’impression que l’école est en retrait vis-à-vis des journaux, de la radio, de la télévision, d’Internet. Il me semble que les élèves devraient encourager leurs professeurs à aborder tout cet environnement numérique et informatif qui sont leur et notre quotidien.

NRP : À l’heure du numérique, des podcasts, la radio se modifie profondément, quel avenir voyez-vous pour ce média ?
E.A. : Tout comme les autres médias la radio est au tournant d’une vraie révolution qui bien que récente fait déjà sentir ses effets par les changements qui s’opèrent. Les jeunes qui sont aujourd’hui moins familier de la radio, l’influence d’Internet et des réseaux sociaux dans les échanges, tout ceci ne sont que des indices du profond changement actuel. Je ne saurais dire comment la radio évoluera, il est difficile de s’avancer sur ce point, mais je suis certain que cette évolution aura bien lieu et que la radio ne sera jamais plus la même !

NRP : Pour finir,  quels conseils donneriez-vous à des élèves qui voudraient s’orienter vers le journalisme ?
E.A : Le journalisme aussi est aussi en profonde transformation. Aujourd’hui on recherche des  professionnels polyvalents et autonomes. Pour se lancer il est nécessaire d’être capable d’avancer avec audace et indépendance. Si on pense comme un journaliste d’il y a dix ans, on est perdu. Il faut savoir également que le journaliste salarié est en voie de disparition.

Pour les abonnés, retrouvez  dans le numéro de mai / juin une interview de l’écrivain Nathalie Kuperman, qui a travaillé à l’écriture d’une pièce radiophonique avec les élèves de la cité scolaire Olympe de Gouges à Noisy-le-Sec. Et retrouvez dans le numéro de janvier  le dossier « enseignement d’exploration » de Miguel Degoulet et Claire Sani, consacré à l’écriture radiophonique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *