Archives par mot-clef : edito

Edito de janvier 2011

Publié le par admin

Par Yun Sun Limet

 

Que fait le renard qui s’avance vers nous sur la couverture ? Il vient sans doute de quitter un corbeau désabusé ou, peut-être, se rend-il chez une cigogne plus rusée que lui. Les fables irriguent notre imaginaire collectif. À l’élève qui en a la fréquentation depuis la maternelle, pourquoi les faire encore étudier au lycée ? La familiarité peut constituer un point de départ fructueux : le lycéen croit tout savoir sur La Fontaine déjà. Mais a-t-il lu les dédicaces ? Comprend-il l’allusion politique de tel passage ? Connaît-il « Le Chat et les deux Moineaux », la version d’Ésope du « Serpent conduit par sa queue », et Florian, qui est-ce ? Le terrain est vaste pour montrer la richesse des fables, leur dimension argumentative dans leur rapport ambivalent au pouvoir, ainsi que la réécriture, particulièrement à l’œuvre, dans l’histoire du genre. Autant de questions au cœur des deux séquences de ce numéro. La séquence Bac pro de janvier aborde-t-elle la fable ? «Médias et vérité », à chacun de conclure… Elle intéressera également les 2des générales pour l’Enseignement d’exploration et le domaine «Médias, information et communication ».
Le hors-série annoncé sur le roman d’Ahmadou Kourouma, En attendant le vote des bêtes sauvages accompagnera la revue de mars 2011. Petit retard qui vous fera d’autant plus apprécier un très beau hors-série. Mars réservera en outre une autre surprise.
Mais n’anticipons pas. … L’équipe de la NRP vous souhaite une très bonne année 2011, une fabuleuse année !

Publié le par admin
Marqué avec

Edito de novembre 2010

Publié le par admin

Par Yun Sun Limet

Difficile de concevoir un numéro dont la thématique centrale serait la Femme… Pourtant, avec les séquences proposées ici, nous ne sommes pas loin de ce programme. Les précieuses, moquées par Molière, ne sont que les imitations déformées des vraies précieuses qui, dans les salons de la seconde moitié du XVIIe siècle, annoncent les Lumières, rien que cela.
La satire porte moins sur l’original que sur les modes et leurs excès. Satire des faux-semblants et des masques du savoir qui demeure émancipateur, faut-il le rappeler aux lycéens et aux lycéennes ? Goûtons à la pomme du savoir… La femme, là encore joue son rôle. Et le visage charmant d’Astrée, tel qu’il apparaît dans le roman d’Urfé, ne l’empêche pas d’exercer son ascendant sur Céladon, obligé de se déguiser en… femme pour la reconquérir. Les deux séquences abordent ainsi le théâtre, le roman et font la part belle au cinéma à travers l’adaptation qu’a proposée Rohmer dans Les Amours d’Astrée et Céladon.
Les sirènes – mais sont-elles des femmes ? – se trouvent au centre de la séquence Bac pro qui travaille les déclinaisons d’un mythe. La femme, le savoir et l’amour. Des mots précieux.

Publié le par admin
Marqué avec