Archives par mot-clef : Marivaux

Les Fausses Confidences ou les jeux de l’amour

Publié le par La rédaction NRP

Marivaux fut un écrivain discret, un journaliste philosophe, un penseur humaniste. Esprit libre et audacieux, applaudi au Théâtre-Italien concurrent de la Comédie-Française, écouté dans les salons les plus en vogue, élu à l’Académie contre Voltaire, Marivaux a été un auteur jalousé. Résolument du côté des Modernes dans la querelle qui les oppose aux Anciens, il défend l’audace, la liberté. Marivaux a également « un faible pour les Précieuses » comme dira Palissot. Il participe dans les années 1720-1740 aux salons de Mesdames de Lambert, de Tencin ou du Deffand. L’art de la conversation au service de la révélation des sentiments, mêlée au jeu impromptu des Italiens, sera la thématique de toutes les comédies de Marivaux, au point qu’on a donné son nom à son style : le marivaudage, terme initialement péjoratif. Enfin, Marivaux vit dans une société profondément inégalitaire où les préjugés de classe sont tenaces. La valeur de l’argent remplace progressivement celle du sang. Au tournant des Lumières, il va oser placer le mérite au-dessus du rang. Quand Marivaux crée Les Fausses Confidences en 1737, il a 49 ans, c’est sa 27e pièce. La pièce reçoit un succès mitigé, quitte l’affiche après six représentations. Aujourd’hui, c’est la comédie de Marivaux la plus jouée avec Le Jeu de l’amour et du hasard. Si la pièce est ancrée dans son temps et dans son milieu, la bourgeoisie, elle soulève des questions qui peuvent intéresser les lecteurs contemporains que nous sommes, et les adolescents en particulier. Elle raconte les stratagèmes d’un valet, Dubois, décidé à conduire sa maîtresse, Araminte, sur le chemin de l’amour pour Dorante, son ancien maître sans le sou, amoureux fou de la riche veuve. Les lectures sont plurielles : La pièce sonne-t-elle le triomphe de l’amour ou de la duperie ? Dubois est-il un valet fidèle ou un manipulateur sans scrupules ? Sur quels ressorts psychologiques un manipulateur s’appuie-t-il ? Dorante aime-t-il vraiment Araminte ou n’est-il qu’un Don Juan  intéressé ? La pièce parle d’amour, d’argent, de désir, de cruauté, de communication. La problématique sera la suivante : comment la pièce met-elle en scène à la fois l’amour de la comédie et la comédie de l’amour ? Les exercices permettront de travailler l’œuvre (sa structure, les relations entre les personnages, l’écriture des dialogues, la dramaturgie) mais aussi la langue, le lexique, l’explication de texte (trois lectures linéaires), l’écrit (écrits d’appropriation, construction de plans de dissertation, rédaction de paragraphes), l’oral (lecture expressive, enregistrements vocaux, exposés), l’histoire des arts et le langage de l’image.

Cliquez sur l’image pour voir un extrait de la séquence.

Publié le par La rédaction NRP
Marqué avec , , ,

Découvrez le programme 2020-2021 !

Publié le par La rédaction NRP

Septembre 2019

Revue
Des livres pour penser
Séquence 2de : Lire Gabriel de George Sand
Séquence 1re : Une séquence pour l’étude des Lettres persanes de Montesquieu ainsi qu’un parcours artistique et culturel : L’Europe exotique au XVIIe siècle, l’exemple des turqueries.

Hors-série
Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce

Novembre 2020

Revue
Les nouvelles épreuves du Bac
Un numéro spécial pour traiter les Épreuves Anticipées de Français (EAF)
– Des clés pour la dissertation
– L’explication de texte
– Réussir un commentaire
– La contraction de texte et l’essai
– L’épreuve d’Humanités littérature et philosophie ; Le Grand Oral ; L’épreuve de latin ; La question de grammaire…

Janvier 2021

Revue
Écrivains confinés
Séquence 2de : À venir
Séquence 1re : Essais de Michel de Montaigne

Mars 2021

Revue
Masques et Mensonges
Séquence 2de : À venir
Séquence 1re : Les Fausses Confidences de Marivaux

Hors-série
Titre à venir

Mai 2021

Revue
Des îles
Séquence 2de : À venir
Séquence 1re : L’Île des esclaves de Marivaux

Publié le par La rédaction NRP
Marqué avec , , , , , , , , , ,

Le roman picaresque – N°40 mai / juin 2010

Publié le par admin

• Lesage et l’Abbé Prévost
• Le roman picaresque : expressions de la liberté romanesque
• Turner et ses maîtres
Voir la fiche produit  Sommaire de la revue

Publié le par admin
Marqué avec , , , , , ,

Marivaux, Musset, comédies en un acte

Publié le par admin

Par Gaëlle Bebin

 

Le personnage de Merlin, dont le costume et l’attitude sont inspirés de L’indifférent de Watteau

 « Si l’amour est une comédie, cette comédie, vieille comme le monde, sifflée ou non, est, au bout du compte, ce qu’on a encore trouvé de moins mauvais. Les rôles sont rebattus, j’y consens ; mais, si la pièce ne valait rien, tout l’univers ne la saurait pas par cœur » dit le Comte à la Marquise, lassée de devoir sempiternellement écouter les mêmes galanteries. Dans Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée, Musset resserre le dialogue sur la déclaration d’amour et la difficulté à échapper à l’expression codifiée des sentiments. Cette brève comédie proverbe, suivie de On ne saurait penser à tout est montée cette année par Frédérique Plain. Elle est aussi l’assistante de Jean-Pierre Vincent pour sa mise en scène des Acteurs de bonne foi de Marivaux, actuellement en tournée. Une pièce dont l’enjeu est aussi un mariage, et où la comédie de l’amour se donne ouvertement, ainsi que l’amour de la comédie…

Lire la suite

Publié le par admin
Marqué avec , , , ,